Retour

1° SEMINAIRE INTERNATIONAL DU VATICAN
Travail pastoral et évènements sportifs majeurs par Hans-Gerd Schutt

        Révérend Hans-Gerd Schutt a été ordonné prêtre pour le diocèse d'Aachen en 1987. En 1990 il est nommé conseillé diocésain de l'association sportive catholique Deutsche Jugend Kraft ( DJK ) et en 1996 il devient le conseillé national de la DJK, qui compte 500 000 membres dans tout le pays. En 1999, il est nommé à la commission Eglise et Sport de la conférence des évêques d'Allemagne et a été aussi l'aumônier de l'équipe olympique d'Allemagne à Los Angeles et à Athènes.

Etant donné la situation sociale et les principes réglant le rapport de l'Eglise et de l'Etat en République Fédérale d'Allemagne, il y a de nombreux champs de coopération entre l'Eglise catholique d'Allemagne et les fédérations Allemandes de sports. Le sport organisé en Allemagne est représenté par la fédération d'Allemagne des sports ( Deutscher Sportbund ), par des fédérations spécialisées comme le Comité olympique national ou le Comité paralympique national. L'Eglise est représentée par l'association des sports catholiques connue sous le nom de Deutsche Jugend Kraft ( DJK ) avec actuellement 520 000 membres organisés en 1170 clubs, et par le commissariat des sports de la conférence des évêques allemands, qui est mon titre. Les fonctions du commissaire de sports incluent de fournir des conseils pastoraux aux événements sportifs principaux, tels que les jeux olympiques, les jeux paralympiques, la Coupe du Monde FIFA qui s'est déroulé l'année prochaine en Allemagne, et les autres événements sportifs nationaux et internationaux.

L'Eglise catholique en Allemagne et l'Eglise évangélique envoient un aumônier ou un pasteur pour accompagner les équipes olympiques et pour fournir des conseils pastoraux. Pendant les jeux olympiques à Athènes, par exemple, le travail pastoral a inclus les activités pastorales classiques de soin telles que la célébration de la messe, les prières quotidiennes, les entretiens personnels comme le soin pastoral des malades. Le service pastoral n'a pas été limité aux athlètes, mais a été également offert aux entraîneurs Allemands et aux officiels aussi bien que les journalistes, ainsi que tous ceux qui était venu à Athènes avec l'équipe allemande. Ce soin pastoral a été pleinement approuvé par les organisateurs olympiques, qui ont voulu dire que nous avons été entièrement accrédités, ils nous ont impliqués dans les briefings d'équipes et dans des aspects officiels de l'équipe olympique, nous avons reçu un appui logistique et moral, et nous avons été impliqués dans la préparation des jeux olympiques dès le début.

En général, la présence pastorale de conseillés et de missionnaires de l'Eglise sont d'une importance particulière et sont le signe évident que l'Eglise est une partie intégrale de la société et qu'elle, dans l'accomplissement de sa mission, prend un intérêt pour les vies de toutes les personnes, y compris des athlètes. L'Eglise montre clairement qu'elle ne se retire pas dans un monde intérieur, mais qu'elle est envoyée au monde pour proclamer l'Evangile d'une manière confiante et dynamique, pourtant non agressif, et dans une situation spéciale. Pour un certain nombre de ces personnes, c'est le premier contact après un long temps avec l'Eglise. Et pour un certain nombre de non chrétiens, c'est leur premier contact avec l'Eglise. De cette façon, l'Eglise a l'occasion de prouver qu'on peut regarder la vie d'un autre angle, où sa source d'espoir dépasse leur vie immédiate. Les athlètes professionnels et olympiques peuvent souvent se sentir maladroits tout seuls dans leur recherche spirituelle, particulièrement quand les coaches ou les entraîneurs négligent cet aspect tout à fait. Pour cette raison, les aumôniers de sports peuvent aider les athlètes à établir un rapport entre leurs expériences intenses d'un événement sportif important, avec tous les défis relatifs, des situations extrêmes, des triomphes, des défaites et de diverses autres expériences, d'une part, et de leurs questions au sujet de la signification et du but plus profonds de la vie, d'autre part. Souvent, les athlètes nous diront : votre présence ici nous prouve que l'Eglise prend un intérêt pour ce que nous sommes . Par conséquent cette recherche spirituelle ne devrait pas être sous-estimé. En fait, ceci montre que le sport est une sphère d'évolution d'activité pastorale pour l'Eglise qui peut fournir de nouvelles occasions précédemment inconnues.

Etant donné la situation éclectique en Allemagne, les aumôniers de sports offrent un domaine efficace et excellent de coopération oecuménique. Le caractère international des sports facilite le contact et le dialogue inter-religieux, et fournit souvent un premier contact avec la religion musulmane ou bouddhiste, pour ne pas oublier les nombreux communautés et organismes juifs.

Le monde des sports met également en évidence beaucoup de nouveaux problèmes et défis à faire face par la société dans l'ensemble. De cette façon, le sport fonctionne comme sismographe pour des développements sociaux et des défis. Ceci signifie que l'Eglise peut employer le monde du sport pour détecter des problèmes et pour agir en conséquence. Afin de renforcer et continuer la présence pastorale des conseillés et des missionnaires de l'Eglise dans le monde des sports, il serait recommandé d'établir le contact institutionnel avec les fédérations internationales des sports. D'ailleurs, ceux fonctionnant comme des aumôniers de sports sont conseillés de trouver des moyens d'entrer dans un dialogue avec ces établissements, non seulement au niveau national, mais également au niveau international. Un tel échange des idées et des expériences aiderait à intensifier l'engagement de l'Eglise aux sports. Ceci est actuellement pratiqué dans la commission pastorale de la FICEP (une fédération internationale des organismes sportifs catholiques, dont la DJK est un membre). La coopération avec les conférences des évêques nationaux est indispensable, particulièrement parce qu'ils doivent également établir le contact avec les fédérations nationales de sports.

En ce qui concerne la coupe du monde FIFA en Allemagne l'année prochaine, je souhaite illustrer à l'aide de quelques exemples choisis que les événements sportifs principaux peuvent également avoir un effet de dynamisme à travers les communautés locales et peuvent donc être pris par les paroisses pour accomplir leurs tâches sociales. L'Eglise catholique en Allemagne et l'Eglise évangélique prennent les mots d'ordre de la Coupe du monde : Un temps pour se faire des amis et faire tout son possible pour aider à faire que cet événement soit marqué par l'hospitalité. Nos paroisses offriront des services liturgiques ( si possible, dans les langues maternelles des invités respectifs ), elles offriront des conseils pastoraux pour les équipes de l'étranger, et elles accueilleront des visiteurs au moyen du projet coordonné " églises ouvertes ". Il y a de diverses possibilités pour que les paroisses invitent des personnes à se réunir, parler, se connaître et pour s'adapter à ces invités. Le large champ du ministère de la jeunesse ( qui a été déjà essayé et examiné pendant la journée mondiale de la jeunesse ! ) soyez impliqué aussi bien que les agences principales de charité de l'Eglise ( Adveniat, Misereor, etc. ) qui donnent la grande importance aux sports dans leurs activités internationales.

Ce sont seulement quelques exemples pour l'engagement de l'Eglise à stimuler une présence aux événements sportifs majeurs. Mais, basé sur l'expérience, nous pouvons dire que les aumôniers catholiques de sport présentent un grand moyen de l'Eglise de réaliser sa mission dans le monde moderne.