Retour

1° SEMINAIRE INTERNATIONAL DU VATICAN
Aumôniers de sports professionnels par Fortunato Frezza

        Monseigneur Frezza est né à Rome mais a vécu à Viterbo où il a été prêtre de paroisse pendant 18 ans. Durant cette période, il a concouru dans 10 championnat fédéral de football avec son équipe de paroisse. Mgr Frezza est aussi un professeur d'écritures saintes et il travaille actuellement au Vatican sous-secrétaire du Synode des Evêques. Depuis 1986, il est l'aumônier de l'équipe professionnelle de football la Roma.

Je chercherai à évoquer, même si seulement en général, deux points qui sont à la racine de notre thème. Le premier considère l'esprit de compétition qui dans un certain sens est une caractéristique sociale qui distingue la personne humaine de notre temps de la manière dont ils conduisent leurs relations sociales. Le deuxième point concerne directement l'environnement personnel dans lequel nous trouvons l'athlète professionnel aujourd'hui. Cette réflexion est enracinée non seulement dans mes expériences en tant qu'un aumônier d'une équipe professionnelle du football, celui de la S. S. Roma, mais aussi de mes années en tant que prêtre de paroisse et en tant que bibliste d'école.

La compétition est essentielle à la condition humain. Du commencement de l'histoire humaine, l'homme a dû " concourir "  face à toutes les menaces normales du climat et de ses environs environnementaux afin de survivre. L'esprit de compétition peut être trouvé dans toutes les activités humaines et est certainement une commande positive et indispensable qui permet à la personne de développer ses capacités et de réussir dans ses efforts en surmontant les divers défis qui les confrontent.

Quand cette habitude de base de la compétition est appliquée aux activités qui concernent la catégorie du ludus, ou des jeux, le phénomène sportif est indiqué. La compétition vraie et saine qui produit de grands défis, est l'âme et la racine même du sport. Pour cette raison, s'il n'y avait pas la possibilité de compétition, cela ne serait pas du sport. Ceci s'applique à la fois au sport individuel où on cherche à dépasser ses records personnels comme dans le sport de compétition social où au moins deux personnes se confrontent dans une discipline spécifique. Cependant, quoique la compétition soit en soi une caractéristique favorable d'un athlète car elle cherche l'amélioration de l'individu, aujourd'hui il court le risque de la décentralisation.

Dans l'environnement des sports professionnels, la compétition n'est pas contenue seulement dans le désir de se confronter à soi-même ou à l'autre, qui seront toujours un aspect fondamental de sport sain ; mais il devient influencé par les vifs intérêts économiques de l'industrie du sport qui cherchent souvent implacablement le plus grand succès financier possible. Entrant plus profondément dans la dynamique derrière le sport professionnel, on trouve malheureusement, l'évidence de la corruption, ou une certaine contamination à partir des éléments externes. Ainsi, comment un aumônier de sports peut-il confronter cette menace de contamination ? Peut-être le plus simple et la manière la plus directe est d'être amené à indiquer le visage vrai du sport, qui est surtout le travail de l'effort humain. Nous ne devons pas oublier qu'un athlète est un de ceux à vraiment s'y consacrer, s'est accoutumé à un entraînement intensif et au sacrifice personnel. Certainement cette contamination du mot du sport existe, et un vrai effort est nécessaire pour l'éliminer, mais il doit dépasser le simple dénoncement du scandale ou plus mauvais immobile, devenant découragé. Pour d'autre part, bien avant que le sport soit devenu professionnel, ces éléments négatifs existaient déjà ... En fait, une homélie du deuxième siècle considère l'effort et la discipline d'un athlète comme une métaphore pour la persévérance dans la foi chrétienne. Ici l'auteur déclare que si n'importe qui corrumpit, aufertur et extra stadium eicitur, c.-à-d., si n'importe qui cherche le recours à la fraude afin d'atteindre la victoire il sera éliminé et expulsé du stade.

Le deuxième point que je voudrais aborder maintenant est quelque chose qui, bien qu'il ne concerne pas directement mon travail en tant qu'aumônier, le conditionne certainement en grande partie. Je voudrais réfléchir sur l'environnement original dans lequel tous les athlètes ont leur commencement. Des athlètes chrétiens naissent dans et sont élevés dans les environnements d'une famille, d'une école, et d'une paroisse, qui sont les endroits essentiels où la formation de la personne commence à se dessiner. Pour cette raison, le rôle d'un aumônier des sports consiste en établissant au moment, dans la plupart des cas, un travail qui a déjà commencé. Dans la majorité des cas c'est la famille qui représente l'environnement dans lequel une passion pour le sport est alimentée et encouragée. Pour cette raison, la famille joue un rôle de développement irremplaçable à l'avenir d'un athlète comme endroit où le concept de base d'un enfant de ce que le sport est et comment il devrait être joué et formé. Les parents ont une grande responsabilité de communiquer à leurs enfants qui jouent au sport un sens juste de la compétition. Concernant ceci, permettez-moi d'exprimer ma consternation devant une certaine tendance incorrecte de la part de ces parents qui considèrent leur enfant en tant que futur champion et soumettent leur enfant aux états de la vie qui sont basés sur leurs espérances fausses et ne répondent pas à la réalité, et ne contraignent pas leur enfant à penser qu'ils doivent atteindre la victoire à tout prix.

Les écoles sont un autre environnement formateur où on enseigne aux enfants non seulement des techniques de base d'étude, mais également comment traiter les autres et leur environnement social par leurs études mais également par le jeu et particulièrement par le sport. Par l'éducation qu'ils reçoivent dans les écoles, ils peuvent saisir l'aspect humain du sport. Ce sont des aspects qui ne sont pas liés à l'environnement professionnel de sport, mais plutôt, l'exercice même du sport lui-même est le moyen par lequel de telles valeurs et habitudes telles que l'honnêteté, le courage, la persévérance, l'amélioration de l'individu, la discipline, et le travail d'équipe sont donnés.

Pour finir, je voudrais suggérer qu'en plus des écoles ou des associations sportives, qui sont les meilleurs endroits où la jeunesse peut développer ces vertus et recevoir une aide personnelle vers leur développement intégral, la paroisse peut être un lieu d'éducation. Peut-être ce qui est le plus nécessaire pour les athlètes d'aujourd'hui est précisément ceci : une éducation complète de la personne, du corps et de l'âme en entier. Pourtant l'éducation de la paroisse dont l'attention est donnée à développer par son corps enseignant ! Oui, leurs capacités sportives et intellectuelles sont engagées dans l'éducation, mais également leur corps enseignant spirituel est harmonieux cultivé à côté de ces derniers par la prière et la liturgie.