Retour

2° SEMINAIRE INTERNATIONAL DU VATICAN
Point du vue d'un dirigeant par Edio Costantini

        Edio Costantini est le président du Centre Sportif Italien ( CSI ) depuis 2000. Établi en 1944 comme une initiative catholique d'action pour favoriser le sport comme instrument éducatif et des moyens de créer la cohésion sociale et la promotion des valeurs des chrétiens dans le sport, aujourd'hui le CSI a environ 850 000 membres dans 13 000 clubs dans l'ensemble de l'Italie.

Le souci sincère pour la jeunesse d'aujourd'hui est " la " préoccupation de chaque parent, et devrait être ainsi pour chaque éducateur et chaque prêtre, parce que garder étroitement au coeur le bonheur et le développement de chaque jeune est ce qui est en jeu dans la tâche de chaque entraîneur et professeur. Pour le désir profond de chaque jeunesse est la poursuite du bonheur et ce désir profond est également à la racine de la valeur éducative trouvée dans le sport.

Pour cette raison, nous devons donner aux jeunes davantage qu'un jeu du football, ou de volley-ball, ou de basket-ball, ou n'importe quelle autre compétence physique ... Nous avons la tâche de leur offrir quelque chose de beaucoup plus précieux : c'est de leur donner un sens de la signification à leurs vies. Nous devons les aider à découvrir la source même de l'espoir et le motif le plus profond pour laquelle la vie vaut la peine d'être vécue ; un motif pour donner leur meilleur effort, pour transpirer dehors, pour vivre selon les règles, pour respecter les autres ...

À l'aube du troisième millénium le sport doit être en contact avec le coeur même de la jeunesse afin de les aider à mûrir vraiment, et à ne pas chasser après simplement le business et la performance qui semble maintenant à chaque niveau effréné et à tout prix ! Le sport ne doit pas être considéré comme remède pour toutes nos défectuosités, pourtant il ne doit pas être négligé - que ce soit dans les écoles ou les paroisses - en tant que quelque chose " superficielle " parmi les choses plus sérieuses de la vie.

En fait, il est nécessaire d'avoir le courage d'admettre que le sport n'instruit pas toujours et parfois, quand les éducateurs l'emploient incorrectement, il peut même être dé-formateur. Un sport qui transgresse ou essaye d'ignorer sa dimension éducative est le sport qui a trahi sa mission et a rejeté les valeurs mêmes sur lesquelles il est fondé.

Certainement le sport lui-même ne prétend pas d'être capable de sauver le monde. Il n'est ni une panacée, ni une baguette magique, ou un remède miracle. Le sport est simplement un outil éducatif formidable. Mais, cet instrument exige des éducateurs qui ont la motivation, la compétence et les qualifications afin de l'employer en faveur de l'éducation de la jeunesse.

Si les sports de la jeunesse ne servent pas à améliorer les vies de nos jeunes, s'ils ne les aident pas à les préparer à faire face aux difficultés dans la vie, pour leur enseigner à assumer leur responsabilité, et pour respecter les règles et les normes de la société civile, alors elle a échoué à répondre à ses objectifs.

Il y a des symptômes d'un cri profond qui provient d'une maladie incluse dans les âmes de la jeunesse et des enfants. Mais il y a seulement une réponse : le travail de l'éducation, qui signifie aider ces garçons et filles à donner la raison à l'espoir qui est déjà chez eux. Il est même présent où ils pratiquent le sport, parce qu'il vient de la raison qui est chez eux.

Dans ce domaine, le travail d'un aumônier est crucial. Sa tâche est celle de l'accompagnement, de l'orientation, de leur donner des leçons particulières dans le sacrifice, de leur donner l'espoir et de les aider à établir de manière constructive leur projet de la vie. Les exemples de la vie, et des actions concrètes sont ce qui instruisent la jeunesse dans la responsabilité, dans la solidarité, en construisant la vie de à non emprisonnée seulement à la poursuite implacable des trophées et des médailles, mais plutôt, une vie capable d'offrir aux adolescents et aux jeunes la possibilité de plus-value d'individu, de la vie une vie de la signification, avec la dignité et avec le zeste.

Il est dit, cela que nous les adultes tendent à parler fréquemment au sujet des problèmes de la jeunesse mais rarement nous parlent avec les jeunes. À la lumière de cette observation, nous voudrions maintenant écouter dans cette discussion de panneau les jeunes athlètes elles-mêmes. Qu'est-ce que c'est qu'elles cherchent ou l'espect d'un aumônier de sport? Nous avons le plaisir ofhaving avec nous un ancien joueur italien de football, un joueur semi professionnel de basket-ball qui étudie maintenant pour le sacerdoce, un disque très jeune cassant le nageur OH sa manière aux Jeux Olympiques de Beijing, et un entraîneur professionnel du football du Chili. Écoutons ce qu'elles doivent indiquer au sujet du rôle d'un aumônier.