Retour

TEMOIGNAGE DE SPORTIF DE HAUT NIVEAU
SANDRINE RAY

               Se tourner vers Dieu

Née à Orbe en Suisse Romande le 11 mai 1983, c'est à Yverdon qu'elle passe son enfance. Joueuse de l'équipe nationale Suisse, elle  participe 5 fois aux Championnats du Monde de hockey sur glace : Finlande 1999, France 2000, Lettonie 2001, Canada 2004 et Suisse 2005 et aux Jeux Olympiques 2006, à Turin. Passionnée, elle commence à jouer dès l'âge de 4 ans.

"Quand j'avais environ huit ans, une nuit, j'ai rêvé que je participais aux Jeux Olympiques. Mon rêve était si clair et si fort, je me voyais entrer dans le stade olympique lors de la cérémonie d'ouverture pour représenter mon pays. Oui, c'était vraiment un rêve impossible ; d'abord parce qu'à ce moment là le hockey féminin n'était pas une discipline olympique ( il n'a rejoint les Jeux qu'en 1998 à Nagano ), et enfin, parce que si peu de gens ont la chance d'y être qualifié".

Mais ce rêve était si réel pour moi que je croyais en lui de tout mon cœur. Je disais à tout le monde : je vais aller aux Jeux olympiques ! Et comme vous pouvez l'imaginer, les gens étaient très sceptiques et riaient à ce sujet. Mais c'était ma priorité, mon but ultime dans la vie. Je me donnais à fond pour ce rêve, et j'allais de mieux en mieux. Lorsque j'ai eu 15 ans, je ne pouvais plus jouer avec les garçons à Yverdon Les Bains et je pensais que c'était la fin du hockey pour moi. Mais alors une équipe féminine m'a contactée et cette même année, j'ai été sélectionnée pour jouer en moins de 20 ans en équipe nationale. L'année suivante, j'ai rejoint l'équipe Suisse et j'ai participé aux Championnats du Monde en Finlande en 1999. Je me rapprochais de plus en plus de mon rêve.

Puis à l'âge de 17 ans, nous avons eu l'occasion de nous qualifier pour les JO de Salt Lake City en 2002. Nous devions gagner le dernier match du tournoi de qualification pour avoir notre billet pour les Jeux. C'était suffisant. Le jour que j'aie attendu toute ma vie. J'étais maintenant si proche de ce rêve impossible. A cette époque, les choses se multipliaient : jouer, travailler à temps plein et étudier dans le même temps, c'était très stressant, d'autant plus que mon père était très malade. Donc, gagner ce match n'était pas seulement l'accomplissement d'un rêve, mais aussi la réponse à tous mes combats.

Nous étions meilleures que l'autre équipe, mais ce jour-là, tout s'est mal passé. Nous n'avons pas perdu le match, nous avons égalisé à 2-2 ! C'était trop, je suis sortie de la patinoire, au plus bas. À ce moment-là  j'ai dit, "Jésus, prends ma vie et fais ce que tu veux d'elle !"

J'ai ensuite eu une paix intérieure, et même si je n'avais pas gagné, l'amour de Dieu était tout ce dont j'avais besoin. Toutes mes priorités ont changé. Le hockey sur glace était encore ma passion et ce que j'aimais faire le plus, mais ce n'était plus le centre de ma vie.

Puis quatre ans plus tard, nous avons eu une deuxième chance de nous qualifier pour les JO de 2006 à Turin. Cette fois-ci contre la Chine, nous avons marqué le but gagnant in extremis, à quatre secondes de la fin du match et nous nous sommes qualifiées ! 19 ans après, mon rêve devint enfin réalité. J'ai pris mon cadeau de Dieu, lorsque je suis entrée dans le stade olympique lors de la cérémonie d'ouverture pour représenter mon pays dans l'équipe de hockey féminin suisse.

Aujourd'hui, je dois dire que la joie d'avoir été aux Jeux olympiques ne peut pas être comparée à la joie que Dieu me donne à le servir tous les jours. Les Jeux olympiques sont extraordinaires, mais ils ne durent que trois semaines et puis c'est fini. Tout ce qui vient de Dieu dure éternellement.

Maintenant, elle ne joue plus au hockey, mais" Elle a choisi une voie inédite pour allier sport et foi" titre le quotidien Suisse : "24 heures", le 12 septembre 2011. Pour atteindre cet objectif, elle suit une formation théologique et une autre en psychologie du sport. Car la future et première aumônière du sport dans le canton de Vaud, veut : "reléguer au second plan l’obligation de résultats et mettre en avant le côté humain".