Retour

TEMOIGNAGE DE SPORTIF DE HAUT NIVEAU
TORANN MAIZEROI

               J'ai dis à Jésus que j'avais besoin de lui

Torann Maizeroi (Taekwondo, équipe de France) est présent aux Jeux Olympiques de Rio comme sparring-partner.

A l’adolescence, Torann, un garçon hyperactif et débordant d’énergie, quitte sa famille et la région parisienne pour le centre de formation de taekwondo, dans le Sud de la France. Il raconte ce déchirement: «Comme j’ai grandi dans une famille catholique, avec la séparation familiale j’ai senti le besoin de prier tous les soirs; c’était mon engagement envers Jésus pour qu’il m’aide à bien vivre les entraînements difficiles et la solitude! Ma vie de sportif de haut niveau était rythmée par des voyages dans le monde entier pour représenter la France, et cela me donnait une pression énorme, mais j’essayais de la gérer en sortant très souvent le soir, en fréquentant beaucoup de filles et en buvant parfois de l’alcool pour oublier. Les blessures sont arrivées, et les non-sélections aussi. La pression augmentait, ce qui entraînait une perte de confiance en moi. En 2015, au lendemain d’une médaille internationale, j’ai ressenti une sensation étrange en moi, une émotion négative qui contrastait avec mes habitudes un soir de bonne performance, où je suis souriant et satisfait. Ce soir-là, cela a été un vide complet en moi, qui m’empêchait de sourire et de dormir! Mes pensées devenaient de plus en plus noires: ‘Torann, arrête ton sport, tu as trop de pression, ta famille et tes amis ne t’aiment que parce que tu es un champion, la pression est trop forte sur toi, arrête ta vie, arrête tout.’ Je luttais avec ces pensées en me disant: ‘Non, j’aime ce sport, j’aime cette vie, j’aime cette persévérance face aux différentes épreuves’, mais les pensées s’intensifiaient. Moi qui aimais ma vie, à ce moment-là, soudainement, je ne l’aimais plus. J’ai alors prié dans ma chambre d’hôtel en demandant à Jésus de m’aider, de me guider, d’enlever ces pensées de mensonges sur ma raison d’être, ces pensées qui n’ont rien de moi ni de Dieu! Je lui ai dit que j’avais besoin de lui pour combler ce vide et d’avoir un but dans la vie. Les jours suivants, alors que je combattais, ce vide était complètement rempli, c’était impressionnant ! Les compétitions suivantes, j’ai combattu sans ressentir de pression ni de gêne dans tous les tournois qui ont suivi. Au retour en France, j’ai décidé de retourner à l’église, de me faire baptiser et de vivre cette relation de manière plus intense. Je suis heureux de vivre avec Jésus, de lui parler, de m’entretenir avec lui. J’ai compris qu’en aimant Jésus, mon comportement changeait car ma manière de pensée changeait ! La Bible ne parle pas de religion mais d’une relation avec Dieu! Jésus me guide, et je veux être un de ces ‘sportifs’ qui prônent ses valeurs d’amour et de respect !»