Retour

TEMOIGNAGE DE SPORTIF DE HAUT NIVEAU
CARLOS EWOLO

               Prédicateur sur le terrain

Oscar Ewolo est footballeur professionnel. Il est l’une des valeurs montantes du football africain mais aussi un témoin fervent de la Bonne Nouvelle!

Oscar Ewolo, quel est votre parcours et où jouez-vous aujourd’hui?

Je viens du Congo et je suis arrivé en France à 4 ans. J’ai commencé le foot à 10 ans dans mon quartier, dans une cité d’Amiens. J’étais passionné et j’avais toujours un ballon pour aller faire les courses, comme pour aller à l’école. J’ai commencé à jouer en club à 11 ans, parce qu’un ami m’avait inscrit. Un jour j’ai été repéré en jouant contre Amiens. J’ai commencé à 13 ans dans ce club. À 16 ans, j’ai joué mon premier match pro en amical et à 18 ans, j’ai été sélectionné pour mon premier match pro en Division 2. Aujourd’hui, je joue à Lorient et aussi en équipe nationale du Congo. J’ai participé à la coupe d’Afrique des nations en 2001 et à plusieurs éliminatoires de la coupe d’Afrique et de la coupe du monde.

Comment vivez-vous votre foi dans ce monde si particulier du sport à haut niveau?

Comme n’importe quel chrétien vit sa foi dans son travail. Quand on est accroché au Seigneur, on vit sa foi à fond, quel que soit l’environnement ...

                                                                                                                                                            Propos recueillis par Ginobi

                                        EWOLO, il était une foi

Chrétien pratiquant, le milieu défensif lorientais fait partager ses croyances à plusieurs de ses partenaires.

LORIENT -- de notre correspondant permanant

Sur le terrain, certains joueurs sont chargés de faire passer le message de l'entraineur. Dans l'intimité du vestiaire, d'autres relaient la parole de Dieu. Oscar Ewolo est un chrétien pratiquant. Le staff de sa sélection, celle du Congo, a vite compris à quel point la foi du petit milieu de défensif était inébranlable. Avant sa première apparition, Ewolo a menacé de s'en aller sur-le-champs si on l'obligeait à avoir recours au grigris locaux. D'abord critiquée, sa prise de position a fait des émules. Devenu capitaine il est aussi surnommé le "Pasteur". Dans le vestiaire congolais, désormais, on prie avant chaque match.
Dans son club, le FC Lorient; où cohabitent harmonieusement catholiques et musulmans, Ewolo, persuadé que « l'Evangile casse toute les barrières que la société installe et [que] Dieu ne fait pas de différence » n'hésite pas non plus a transmettre sa foi : « Avant les matches, on prie. Des coéquipiers viennent également à la maison, généralement le jeudi. Je leur parle d'amour, d'espérance. Ces réunions ne sont pas réservés aux pros. Elles sont ouvertes à tout le monde. Il y a des personnes qui n'ont rien à voir avec le foot. Il nous arrive d'être vingt-cinq.»
Rassurons les futurs adversaires de Lorient. La prière n'entraîne pas automatiquement une victoire des Merlus. « Nous demandons au Seigneur de bénir notre travail, de nous aider à bien faire, détaille Ewolo. On lui demande que tous se passe bien, qu'il n'y ait pas de blessés, que les arbitres ne rencontrent pas de problèmes. » Le très cartésien Christian Gourcuff ne conteste pas l'influence de celui qu'il a recruté il y a deux ans, alors qu'il n'était plus titulaire à Amiens en L2. « Sa générosité naturelle cadre avec ce qu'on veut faire, explique l'entraîneur lorientais. Il dynamise l'équipe par sa fraîcheur, son enthousiasme et sa spontaneité. Et puis, arriver à des statistiques comme les siennes, c'est tout sauf un hasard. »

                    Il a "initié" Gignac

Que disent les chiffres ? Qu'avec Ewolo Lorient, la saison passée, a pris 88% de ses points (43 sur 49). En son absence (9 matches), les Merlus ont perdus à cinq reprises, fait trois nuls et ont gagné une seule fois. Cette saison, Gourcuff ne s'est passé des services d'Ewolo pendant plus d'une mi-temps qu'à une seule reprise : quand Valenciennes est venu s'imposer au Moustoir (3-1). « Si l'on me disait que l'on a gagné grâce à Dieu... Disons que je relativiserais les choses, sourit l'entraîneur morbihannais, davantage convaincu par les bienfaits d'un travail tactique pointu. Maintenant, si le fait de croire transcende certains joueurs, ça ne me dérange pas. »
Le Toulousain André-Pierre Gignac, l'une des révélations de l'exercice 2006-2007, fait parti des convertis. Il se souvient de ce qui a précédé son premier coup d'éclat : un triplé contre Nantes, le 26 Août 2006 (3-1). « Lors de la mise au vert, nous faisions chambre commune avec Oscar. Nous avions prié pour que je fasse un bon match. Quand il prie, Oscar ressent des choses. Avant le match il m'a dit : "Dédé tu vas marquer". Résultat : j'en ai mis trois. C'est lui qui m'a initié. Il m'a donné une bible et m'a dit : " A toi de voir." J'allais aux réunions chez lui. J'en sortais libéré. Plusieurs autres joueurs y participent régulierement aussi. Oscar est un mec sain, qui a une influence positive.»
A Lorient le petit milieu défensif a vite fait l'unanimité autour de lui. « C'est l'un des chouchous des supporters », note Christophe Le Gal, le responsable communication du FC Lorient. « L'important, ce n'est pas ce qu'on croit, c'est ce qu'on fait et ce qu'on vit », répete Ewolo. Dans l'avion, quand il s'apperçoit que plusieurs plateaux repas n'ont pas été entamés, il les ramène avec lui et fait le tour de Lorient, en pleine nuit, pour les distribuer à ceux qui n'ont pas la chance de manger à leur faim...« C'est un sage, estime son ancien coéquipier, l'Ajaccien Carl Medjani. Cette histoire de plateaux repas le résume tout à fait. Il veut faire le bien autour de lui. »

                    Après le foot, il sera pasteur

Sa foi implique une discipline quotidienne. Pas la peine, par exemple, de le chercher dans une discothèque du Morbihan quand Lorient gagne. « Mon plaisir est de chanter du gospel, assure-t-il. Notamment "aime ton prochain comme toi même..." Si on vivait tous avec ça à l'esprit, ce serait formidable.» Ewolo estime qu' « on ne naît pas chrétien, on le devient. » Il l'est vraiment devenu le 31 Décembre 1999, quand l'un de ses proches l'a ammené dans une église évangélique à Paris : « J'ai écouté attentivement le message. Désormais, je suis animé par une paix constante. Oui, ce message m'a complètement changé. » Qui était - il avant ? Un jeune footballeur comme beaucoup d'autres, qui « aimait s'amuser, ne faisait rien de mal mais était quand même un petit voyou », se souvient Emmanuel Duchemin. « Au foot, quand ça n'allait pas, il pouvait insulter tout le monde. Il allait en boîte. Son truc à lui, c'était la danse, poursuit le Nancéen, qui l'a connu à Amiens, alors qu'ils avaient une dixaine d'années. Généralement dans le vestiaire, il était dans son coin, ne disait rien. Et puis, il y a eu un changement radical. Il a perdu un être cher, alors qu'il avait dix-huit ans. Je ne sait pas qui l'a converti. Des gens l'ont accompagnés. Il prêche la parole de Dieu. Ca se passait bien même si, au début, il nous saoulait un peu. La dernière année à Amiens, il est devenu le gourou de l'équipe. Oscar, c'est un type sur qui tu pourras toujours compter sans être pour autant obligé de l'appeler tous les jours pour entretenir le contact. Quand je le revois, je le chambre car tout le monde sait qu'il attend patiemment sa dulcinée. » Son avenir, Ewolo l'a déjà tracé. Le mariage se précise. Et, quand il en aura fini avec le foot, il servira Dieu, en tant que pasteur, mais aussi en s'engageant dans des causes sociales qu'il trouve justes. Qui aurait pu en douter ?

                                                                                                                                                                      Raphaël Raymond

«Pasteur de Lorient». C'est ainsi que le journal L'Equipe présente le footballeur Oscar Ewolo ce mercredi 17 octobre, dans un portrait étonnant signé Raphaël Raymond... en page 7 ! Et bientôt, c'est Canal+ qui diffusera un reportage sur sa foi.

Le principal quotidien sportif de l'Hexagone rapporte que le milieu de terrain du FC Lorient occupe une place à part dans le vestiaire, en relayant la Parole de Dieu. L'article commence d'ailleurs par une anecdote lors de sa sélection en équipe nationale du Congo. «Le staff de sa sélection a vite compris à quel point la foi du petit milieu défensif était inébranlable», écrit le journaliste, en rappelant qu'Oscar Ewolo, lors de sa première apparition sous le maillot du Congo, «avait menacé les dirigeants de s'en aller sur le champ, si on l'obligeait à avoir recours, comme tous ses coéquipiers, aux gris-gris locaux». D'abord critiqué, son ascension a été fulgurante, puisqu'il en est rapidement devenu le capitaine. Aujourd'hui, au Congo, on prie fidèlement Jésus-Christ avant chaque match !

                                Une influence exceptionnelle

Prédicateur avant d'être footballeur, Oscar Ewolo partage librement sa foi. Chaque jeudi, il organise même un groupe de maison... Et de nombreux coéquipiers viennent prier. Il confie : «Nous demandons au Seigneur de bénir notre travail, et de nous aider à bien le faire. On lui demande que tout se passe bien, qu'il n'y ait pas de blessés et que les arbitres ne rencontrent pas de problèmes...». Plus étonnant encore, l'entraîneur de Lorient, Christian Gourcuff, malgré sa vision très cartésienne de la vie, ne peut contester la réelle «influence Ewolo» au sein de son groupe... Et y compris dans les résultats. Il déclare dans L'Equipe : «Sa générosité naturelle cadre avec ce que l'on veut faire. Il dynamise l'équipe par sa fraîcheur, son enthousiasme et sa spontanéité. Et puis, arriver à des statistiques comme les siennes, c'est tout sauf un hasard...».

En effet, les chiffres sont éloquents. La saison dernière, avec Oscar Ewolo sur le terrain, l'équipe a remporté 88% de ses points. En son absence (9 matches), les Merlus ont perdu à cinq reprises, ont fait trois matchs nuls, et n'ont gagné qu'une seule fois ! En outre, la foi du petit «Ewolo» s'avère contagieuse... L'un de ses coéquipiers, André-Pierre Gignac, aujourd'hui transféré à Toulouse, fait partie des convertis. Celui-ci témoigne : «J'allais aux réunions chez lui, j'en sortais libéré. Plusieurs autres joueurs y participent régulièrement aussi. Oscar est un mec sain, qui a une influence positive». Et le chouchou des supporters est un homme au grand cœur. Raphaël Raymond rapporte encore cette anecdote : «Dans l'avion, quand il s'aperçoit que plusieurs plateaux repas n'ont pas été entamés, il les ramène avec lui, et fait le tour de Lorient, en pleine nuit, pour les distribuer à ceux qui n'ont pas la chance de manger à leur faim». Son ancien coéquipier, Carl Medjani le décrit comme «quelqu'un qui veut faire le bien autour de lui».

                                  Il compte devenir pasteur

Depuis sa conversion dans une église évangélique, un certain 31 décembre 1999, sa foi ne l'amène pas simplement à croire, mais à vivre la Parole de Dieu. Après les victoires en Ligue 1, pas de beuveries, ou de descente en boîtes de nuit. Oscar Ewolo a d'autres distractions : «Mon plaisir, je le vis en chantant du Gospel, notamment ''aime ton prochain comme toi-même''... Si on vivait tous avec ça à l'esprit, ce serait formidable», dit-il, toujours souriant. Le petit voyou est devenu un modèle, et ne cesse d'étonner son entourage. Désormais, son désir est de travailler comme pasteur lorsque sonnera l'heure pour lui de raccrocher les crampons.

                                                                                                                                                  Paul Ohlott