Retour

TEMOIGNAGE DE SPORTIF DE HAUT NIVEAU
GEVRISE EMANE

               La foi aide à se concentrer

Vice championne du monde ( médaille d'argent ) de judo en septembre 2005, double championne de France.
Elle a 23 ans, née au Cameroun dans une famille protestante, qui est venue s'installer en Région parisienne ( paroisse luthérienne du Perreux ).
Gévrise s'oriente vers le judo à 12 ans, dans le cadre scolaire. Ses dons la conduisent à I'INSEP ( Institut National du Sport et de l'Éducation physique)  où elle poursuit parallèlement sa scolarité. Elle prépare actuellement un mastère A de droit des collectivités territoriales, tout en s'entraînant.

«Je pense qu'il y a une relation étroite entre l'esprit et le corps. En ce qui me concerne, l'éducation biblique que j'ai reçue, ajoutée à celle de mes parents, m'aide à me construire chaque jour et à évoluer dans mon sport.
J'ai eu un moment difficile en passant du club avec deux entraînements par semaine à l'INSEP où il y en avait deux par jour.
Avoir la foi m'aide dans la concentration qu'exige le judo; je la ressens aussi dans la volonté de bien faire les choses. Je demande souvent à Dieu de me donner tous les moyens pour me permettre d'atteindre mes objectifs. Mais c'est à moi seule de travailler et de faire en sorte que ça marche, c'est ma responsabilité.
Je pense aussi que le fait d'être croyante me permet d'atténuer mes échecs / il y a des choses plus graves et importantes dans la vie».

Quadruple championne d’Europe et médaillée de bronze olympique, Gévrise est dotée d’un des plus beaux palmarès du judo en France, elle vise le titre olympique en août 2016. Mais bien plus qu’un titre, c’est le dépassement de soi qui la motive!
«Ma défaite aux Jeux Olympiques en 2008, m’a permise de me remettre en question, de me poser aussi plein de questions sur Dieu. J’ai réalisé que je ne suis qu’un simple être humain, avec ses limites, mais en même que je n’étais pas sur terre pour faire du « surplace » mais pour avancer! Au départ, lorsque je partais en compétition, ma maman me donnait un livre sur les psaumes de la Bible mais avec le temps j’ai fais un choix personnel de m’engager dans ma foi, de manière personnelle indépendamment du choix de mes parents. Maintenant, lorsque je suis en déplacement, j’ai toujours dans mon sac les psaumes que j’aime bien méditer. Ce n’est pas le fait d’aller à l’église qui me définit comme chrétienne mais le fait d’avoir une relation une relation personnelle entre Dieu et moi. L’amour est une grande source de motivation, et l’amour de Dieu se traduit aussi à travers les membres de ma famille, je vois aussi Jésus se manifester à travers eux. J’ai conscience que tout ce que qui est matériel comme les médailles, je ne les emporterais pas avec moi, lorsque je quitterais cette terre, Plus que les médailles, je retiens l’émotion que cela m’a apporté. C’est la Joie ressentie et surtout la sensation du travail bien accompli et du dépassement de soi. Dieu m’a donné un don que je cultive tous les jours en travaillant avec sérieux. Je Le remercie tous les jours de m’avoir donner mes capacités physiques. Je suis reconnaissante mais étant assez pudique, je ne l’exprime pas de manière exubérante. Dieu me connait bien et tout ce qui m’arrive a une raison particulière. Dieu travaille mon caractère. Je n’ai pas besoin d’être en colère pour être performante, certains entraineurs ont voulu m’orienter vers ce levier de motivation mais moi ça m’inhibe. C’est important de bien se connaitre. J’ai apprise à être plus agressive dans le bon sens du terme sur le tatamis pour pouvoir m’imposer dans mes combats. Mais en dehors, je suis une personne plutôt calme mais c’est la même personne, je reste en accord avec ma foi. Dans ma pratique sportive, la notion de plaisir ainsi que le dépassement de soi me pousse à aller de l’avant, c’est avec ces ingrédients là que j’espère décrocher l’or aux Jeux de RIO 2016. Peu importe ce qui va se passer je sais que Dieu prend soin de moi et il me donne cette tranquillité intérieure.